Travailler sur les bandes enherbées pour mettre au point un dispositif aidant les agriculteurs à protéger les cours d'eau. picto

L'ENJEU

Faire cohabiter harmonieusement les terres cultivées et les cours d’eau.

En France, une part non négligeable des terres cultivées est en bordure de rivières. Lors du traitement des cultures et en fonction des produits, le risque de transfert vers la rivière n’est pas nul. Pour les agriculteurs, pas question d’abandonner ces parcelles dont ils ont besoin pour assurer leur production. Reste à trouver la bonne distance à respecter entre la limite de leurs cultures et le cours d’eau.

Question posée à Arvalis

Si une zone tampon est mise en place par les agriculteurs tout au long des parcelles, de quelle largeur doit-elle être pour agir efficacement ?

L'ACTION ARVALIS

Mettre au point un dispositif de bandes enherbées aidant les agriculteurs à protéger les cours d’eau

Les bandes enherbées, c’est ainsi qu’on appelle les dispositifs agro-paysagers aménagés par les agriculteurs le long des rivières, ont été étudiées par Arvalis. Leurs avantages environnementaux sont indiscutables, notamment pour limiter l’érosion du sol, protéger la faune et la biodiversité ou encore préserver la qualité de l’eau. En effet, les organismes végétaux et microbiens des bandes enherbées « pompent » les éventuels excès de nitrates et de phosphore non utilisés par les plantes et apportés par les engrais minéraux, les fumiers ou des lisiers. Elles évitent aussi le ruissellement des produits de protection des cultures vers les cours d’eau en cas de fortes pluies. Depuis près de 30 ans, les travaux d’Arvalis ont montré que ces zones non cultivées devaient avoir une largeur d’au moins 5 mètres et ils ont contribué à la mise en place optimale des bandes enherbées par les agriculteurs.

RESULTATS

400 000 km de bandes enherbées en France

400 000 km de bandes enherbées en France
400 000 km de bandes enherbées en France
  • Cela équivaut à 10 fois le tour de la terre !

Dans la même rubrique

Vulgariser les cultures intermédiaires pour limiter l'érosion des sols en hiver, ainsi que la fuite des nitrates vers les nappes phréatiques picto

Publié le vendredi 10 janvier 2020

Diminuer les risques environnementaux, comment ?

Vulgariser les cultures intermédiaires

pour limiter l’érosion des sols en hiver, ainsi que la fuite des nitrates vers les nappes phréatiques.

L'ACTION ARVALIS