Démontrer grandeur nature les bénéfices du désherbage durable picto

L'ENJEU

Convaincre le plus grand nombre d’agriculteurs d’adopter les techniques alternatives pour désherber leurs cultures

En présence de mauvaises herbes, appelées aussi adventices, les cultures subissent une concurrence très préjudiciable vis-à-vis de l’espace, de la lumière, de l’eau et des éléments minéraux, avec pour conséquence des pertes de rendement et de qualité très conséquentes. A cette nuisibilité directe dont l’impact est visible dans la culture en place, s’ajoute une autre forme de nuisibilité : celle qui résulte de la constitution d’un stock de graines d’adventices à l’échelle d’une succession de cultures (à titre d’exemple un coquelicot produit 40 000 graines par an dont la longévité est de 40 ans).
Pour toutes ces raisons, le désherbage est une pratique agricole ancestrale et fondamentale. Pour la mener à bien, les agriculteurs ont recours au désherbage chimique, qu’ils sont de plus en plus nombreux à combiner avec les techniques alternatives. Allongement des rotations, gestion de l’inter-culture, destruction des repousses, travail du sol, binage, faux semis, décalage des dates de semis… sont en effet des leviers agronomiques efficaces pour réduire les adventices tout en limitant le recours aux herbicides. A condition de les maîtriser, et de savoir comment les combiner et les adapter en fonction de la biologie de chaque adventice, des conditions propres à chaque parcelle et de la météo de l’année. Face à cette complexité et compte-tenu des enjeux, les agriculteurs ont besoin d’être accompagnés pour franchir le pas et recourir plus massivement aux techniques de désherbage durable.

Question posée à Arvalis

Comment démontrer aux agriculteurs, en conditions réelles d’exploitation, comment et avec quels bénéfices ils peuvent pratiquer le désherbage durable ?

L'ACTION ARVALIS

Le transfert de connaissances via du suivi parcellaire grandeur nature

Avec des partenaires techniques locaux, Arvalis a mis en place des dispositifs de suivi permettant aux agriculteurs d’avoir une approche globale du désherbage durable à l’échelle de leurs parcelles. Le protocole est articulé en 4 étapes auxquelles les agriculteurs sont associés :
1. Le diagnostic initial pour caractériser finement chaque situation : flore dominante, pratiques culturales susceptibles d’expliquer ce « salissement », niveau de pression.
2. L’établissement du plan d’action permettant de reconquérir le capital propreté de la parcelle en mobilisant des pratiques de désherbage durable.
3. Le suivi pluriannuel durant lequel l’agriculteur est accompagné par le conseiller avec qui il a co-construit le plan d’action.
4. En fin de programme, l’analyse de l’évolution de la flore et l’appréciation des leviers agronomiques comme facteur de succès dans le désherbage.
Ces travaux ont été conduits dans le cadre du PEI, Partenariat Européen pour l’Innovation(1).

_ (1) Le PEI-AGRI est une initiative européenne qui met en lien des acteurs issus de différents secteurs (scientifiques, agriculteurs, entreprises, collectivités, associations) afin de répondre à des problématiques agricoles. Ces projets « multi-acteurs » peuvent être nationaux ou transnationaux et ont tous un même objectif : faciliter le transfert d’innovations et de connaissances entre les pays, afin de favoriser la transition agroécologique à l’échelle de l’Europe.

RESULTATS

Des agriculteurs convaincus et ambassadeurs auprès de leurs pairs

Le réseau d’agriculteurs impliqués dans ce programme a mesuré les effets des techniques alternatives mises en œuvre pour maîtriser les mauvaises herbes dans leurs parcelles. Aujourd’hui ils témoignent de leur expérience et contribuent ainsi au développement des techniques de désherbage durable.

Approfondissement

Témoignage d’un agriculteur dans le cadre du PEI Santé végétale en Pays de la Loire

Dans la même rubrique

Transférer aux agriculteurs les connaissances nouvelles picto

Publié le lundi 27 avril 2020

Améliorer les pratiques culturales, comment ?

Renforcer les compétences des agriculteurs

et des conseillers qui les accompagnent

L'ACTION ARVALIS
Sensibiliser en permanence les agriculteurs picto

Publié le vendredi 17 septembre 2021

Améliorer les pratiques culturales, comment ?

Sensibiliser en permanence les agriculteurs

aux pratiques les plus vertueuses

L'ACTION ARVALIS
Créer des outils capables de prévoir les mycotoxines picto

Publié le lundi 20 janvier 2020

Améliorer les pratiques culturales, comment ?

Créer des outils capables de prévenir les mycotoxines dans les champs

et d’optimiser la qualité sanitaire des récoltes

L'ACTION ARVALIS